Tests de race établis par Mars avec l’aide des lévriers de la DWZRV

AZAWAKH

par Ursula ARNOLD - Traduction française Corine LUNDQVIST

l'article original est en allemand et provient du site de la DWZRV Voir l'article (format pdf)

 

La DWZRV (le Club allemand officiel des lévriers) a reçu une proposition exceptionnelle de la Société Mars d’établir une base de données génétique pour chaque race de lévrier afin de mettre en place un test d’indentification de race pure. 

C’est le laboratoire Eurofins-Medigenomix, qui traite déjà nos analyses ADN, qui en a été chargé. La Sté Mars prenait les frais à son compte.
La Direction de notre Département de l’Élevage décidait de se servir du potentiel génétique très varié de l’association au lieu d'utiliser la très petite banque de données déjà existante de la Sté Mars. Celle-ci contient seulement les races Afghan, Barzoï, Greyhound, Saluki, Whippet, Podenco Ibicenco et Pharaon. Pour les autres races de lévrier et les races du groupe 5 il n'y avait encore aucun test.

A l'occasion de la réunion des membres de la commission d'élevage du 3.12.2011, le projet était présenté et il a été demandé aux membres des commissions d'élevage de proposer 40 chiens (inscrits au registre allemand) pour chaque race, qui correspondent au standard, afin d’élaborer la base de données nécessaire, si possible les moins apparentés et qui représentent bien toute la palette de la race. Parmi ceux-ci, 25 chiens, qui seront analysés gratuitement, seront choisis par la Direction de l’élevage.

Voici les abréviations pour les différentes races sur les graphiques. Le chiffre à droite correspond au nombre de prélèvements analysés.

Le procédé (en général) :

Nous connaissons déjà l’empreinte ADN ordinaire comme preuve de parenté. Elle est analysée sur 9 marqueurs (ndlt : 9 en Allemagne. En France ce sont 22 marqueurs) et peut permettre de déterminer exactement les parents, mais pas une appartenance à une race.

Par exemple :


En comparaison, pour les tests de race ce sont 321 marqueurs qui sont utilisés. Il s'agit donc ici d'une très grande quantité de données, qui livrent naturellement des résultats d’autant plus précis. Dans les résultats n'apparaissent pas des chiffres mais des graphiques qui donnent les informations de la spécification génétique respective de chaque chien. C'est-à-dire dans quelle groupe de race se range son hérédité (de par ces 321 marqueurs).

Conclusions générales tirées des études de l'analyse des races individuelles:
- Le classement des chiens de race est possible
- Des facteurs historiques et liés aux populations peuvent être identifiés

Comparaison des groupes de lévriers:

Certaines races affichent une plus grande aparenté les unes aux autres qu’avec d' autres races
Le Deerhound avec l'Irish Wolfhound (qui sont les plus éloignés du reste)
Le Barzoï et le Chart Polski
le Greyhound et le Magyar Agar                                                                                   
le Saluki et l'Afghan                                                                                            
le Whippet et le Petit lévrier italien                                                                                                         
le Sloughi et le Galgo d’une part,  le Sloughi et l'Azawakh (à mi-chemin du Basenji) d'autre part
les Races Méditerranéennes et le Galgo, ainsi qu'avec le Sloughi

Azawakh spécifiquement:

J’ai reçu des échantillons de muqueuse de 26 Azawakhs, dont 25 ont été transmis à la Sté Mars de façon anonyme et comportant uniquement un numéro de code. J'ai écarté un prélèvement qui avait un trop grand degré de parenté avec quelques autres. Nous avons pu envoyer un échantillonage très intéressant: des Azawakhs en provenance de 12 élevages (5 élevages allemands et un dans chacun des pays suivants: Pays-bas, Italie, France, Pologne, République Tchèque). Parmi ceux-ci, 8 Azawakhs ne contiennent plus d’imports au pedigree (chiens nés en Afrique – ndlt), 10 ont un numéro de pedigree avec Imp.2 (grand-parents imports d'Afrique différents), 5 demi-imports d'Afrique (donc Imp.1) et 2 imports (d'origine d'importation africaine).


Les race de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient

Ce graphique montre clairement que les Azawakhs (en bleu) forment un cluster, un groupe fermé (un nuage dans lequelle les individus sont rassemblés). A droite sont placés les sloughis, qui sont indiqués en vert, que nous avons sélectionnés d’après le même schéma (différentes lignées et imports). Parmi ceux-ci figure un individu placé entre les groupes des Azawakhs et des Sloughis. Il s'agit évidemment d'un croisement et qui n'a pas été pris en considération à l’établissement de la race Sloughi. Les Salukis sont aussi intéressants. Il existe depuis quelques années, un test de la race pour le Saluki (jaune), établi d’après la population britannique de la race. Saluki new (rouge) sont nos Salukis du DWZRV choisis sur les mêmes critères que nos Azawakhs. L'homogénéité de nos Salukis est étonnante malgré son grand potentiel génétique.


Ce graphique, ci-dessus, montre le rapport de l'Azawakh (en bleu) à d'autres races (non lévriers - en vert). Et, il est apparu qu'il est plus proche du Basenji. Malheureusement, dans ce graphique, les races Sloughi et Saluki ne sont pas représentées. D’après la description de la Sté Mars, l’Azawakh se situe entre le Sloughi et Basenji.

Toutes les races originaires d'Afrique de l'Ouest, Afrique du Nord, Proche-Orient et au Moyen-Orient montrent une bonne résolution et forment des groupes bien spécifiques à chaque race. La même chose s'applique pour les races individuelles occidentales.

Un mot personnel :

Quand la Sté Mars nous a fait cette offre, ma première réaction a été que personne n'en avait besoin.
Mais, pourtant, en raison du potentiel génétique vraiment large de nos races en comparaison à d'autres pays, il nous paraissait très rationnel que la DWZRV (et pas une autre organisation ou un autre club de race) s’occupe de la mise en place des tests de race.
C'était tout à fait convaincant pour moi.
J’apprécie rétrospectivement la très bonne et étroite collaboration avec les membres de la commission d’élevage.
La gestionnaire du projet de la Société Eurofins m'a toujours tenue informée au jour le jour et m'a très souvent contacté pour obtenir des informations de base sur les races. Coopération parfaite.

En fait, nous n’attendions rien à part la mise en place d’un test de race à partir du matériel génétique de nos chiens, mais nous avons obtenu beaucoup d'informations à propos de nos races,  de nombreuses suppositions ont été confirmées et certaines choses nous ont étonnées.

Je remercie très sincèrement tous ceux qui m'ont aidé !

Ursula Arnold

-------------------------------------------------------------------------------------------

Notes de la traductrice :

- Une précision récente a été apporté par Ursula Arnold : "En établissant la base pour le test de la Sté Mars nous avions considéré que toutes les couleurs étaient autorisées dans le standard. Nous avons eu, en ce qui concerne la répartition des marques blanches, aussi des "exotiques". Même ces "exotiques" sont au milieu du groupe parce qu'ils sont des Azawakhs. Une telle chose devrait être mentionné."

- Un autre graphique intéressant est présenté dans l'étude complète de la Sté Mars, qui permet d'avoir une vision plus large de la répartition des races du "groupe nord-Afrique et Moyen-Orient" à gauche, et "Groupe Méditérannéen" à droite, que je vous livre ici :

Rappel : A pour Afghan, AZ pour Azawakh, S pour Saluki, SL pour Sloughi. voir légende ci-dessus -î

- Lorsqu'il est question d'une race suivi de "New" le terme "New" signifie qu'il s'agit pour le Laboratoire des nouveaux prélèvement d'ADN en comparaison à ceux qu'ils possédaient déjà précédemment à cette étude.

- Le rapport concernat l'intégralité de l'étude sur tous les lévriers se trouve ICI.

La conclusion de cette étude est sans appel : Tous les chiens qui ont été importés du sahel en Europe depuis 50 ans sont tous des Azawakhs car ils partagent la même génétique. Qu'ils soient fins et élégants ou plus lourds, rouges sans marques blanches, bringés bleus, sables ou pie !

 




© Groupe de Travail Azawakh
Dernière modification 6 Octobre, 2013 22:08